Discutons un peu!

By Julie - dimanche, juillet 16, 2017



“If you set your goals ridiculously high and it's a failure,
you will fail above everyone else's success.”
James Cameron 

James Cameron
Il y a quinze jours aujourd'hui que je suis rentrée à Bruxelles
A peine. Déjà... 
Et, comme cela semble être souvent le cas dans ma vie, il s'est passé un tas de choses, que je ne réalise même pas encore complètement. 
J'ai atterri dimanche matin tôt et retrouvé mon amoureux après avoir été séparés pendant 1 mois, je me suis doucement réinstallée chez moi, j'ai passé du temps en famille, mangé des tas de bonnes choses 
et en une semaine, j'ai réussi à défaire mes valises (grande première), décrocher un super super job et tout cela SANS aucun jet lag (le top) ! 
Au vu des nombreux messages que j'ai reçu, je pense qu'une petite explication s'impose : 

Pour ceux qui me connaissent et/ou me suivent depuis un petit temps, vous savez probablement à quel point mon but a toujours été de m'installer aux Etats-Unis. 
J'ai commencé à en rêver vers mes 8 ans (je me souviens encore des posters au dessus de mon lit  :) et mon envie s'est confirmée à mes 22 ans quand j'ai passé plusieurs mois à Los Angeles comme jeune fille au pair. 
Depuis, je suis retournée très régulièrement dans le pays de mon coeur en visitant des tas d'états jusqu'au jour où j'ai appris que j'avais gagné la Green Card (Ici & Ici) et que je pouvais enfin m'installer, vivre et travailler définitivement aux USA. 
En gros, le 03 janvier 2017, mon rêve le plus grand, le plus fou et celui sur lequel je n'avais absolument aucune emprise, s'est réalisé. 

A partir du mois de janvier, j'avais 6 mois pour entrer aux Etats-Unis. C'est une des conditions impératives. 
J'ai donc prévenu mon employeur que je démissionnais, convaincu mon chéri de prendre 3 mois off  - étant indépendant et travaillant à son compte, cela n'a pas été hyper simple à réaliser. Il a du mettre les bouchées doubles avant et après notre voyage pour combler les mois sans revenus et je lui suis infiniment reconnaissante de m'avoir accompagné -, j'ai rassemblé mes économies, fais mes valises et dit au revoir à ma famille, sans savoir exactement quand je serai en mesure des les voir à nouveau. 

Mon plan n'était pas vraiment précis. 
Les grandes lignes étaient tracées, mais le diable se cache dans les détails, pas vrai? 
Pour ma part, il n a jamais fait aucun doute que je m'installerai en Californie. 
Etat pour lequel j'ai eu mon premier coup de coeur il y a dix ans déjà. 
S'il n y avait eu que moi, j'aurai pris un aller simple pour Los Angeles et j'aurai cherché un travail si tôt arrivée de manière à être dans le bain directement.
 Vincent, lui, n'a jamais visité les Etats-Unis. J'avais envie de lui faire découvrir les endroits que j'aime tant, je voulais voir l'étonnement/la stupéfaction/l'amusement dans ses yeux aux cours des différentes étapes et je mourais d'envie de partager tous ces moments, tous ces endroits avec lui (j'ai toujours été seule en Californie, sauf pour ma super copine Djouher et notre road-trip de rêve en 2013! Ici, ici, ici , ici & ici
Le but étant de trouver un endroit où s'installer ( moi la première, Vincent et moi ensuite), je trouvais plus sage sur le moment d'étudier la question géographique et de prospecter ensemble. 
Joindre l'utile à l'agréable donc, en voyageant, découvrant et il était prévu que je reste dans la ville que nous aurions choisi, au final pour y chercher du travail et m'installer. 

Seulement, ma Raison à pris le dessus à grands coups d'arguments concrets : 
"La Californie est magnifique, mais tellement chère... "
"Puis c'est vraiment long comme voyage, pense à ta soeur et ses 3 enfants en bas âges, va-t-elle faire 20h de voyage pour venir te voir?" "Et ta maman qui ne parle pas anglais, elle risque d'être un peu perdue au moment de l'escale (y a pas de vol direct Bruxelles-Los Angeles)", "et toi, si tu as un coup de cafard et envie de rentrer sur un coup de tête? "
C'est là que l'idée de la Floride a germé
Je ferai un petit comparatif dans un prochain post pour que vous compreniez un peu mon schéma de réflexion. 

Nous avons donc fractionné notre voyage en deux parties : 
L'Ouest américain (Californie, Arizona, Nevada et Utah) pendant 1 mois et demi et ensuite 3 mois en Floride que nous avons visité dans les moindres recoins. 

Plein de petites choses pratiques nous ont fait momentanément pencher pour la Floride, avant que le temps ne confirme que cet endroit ne convenait pas (et je parle d'un point de vue très personnel, je sais que des tas d'expatriés y vivent très heureux). 
A ce moment là, Vincent était déjà rentré en Belgique et j'étais plus ou moins "bloquée" dans un endroit où le marché de l'emploi est tout sauf florissant, où je ne connaissais absolument personne (sérieusement, pas une seule personne, même vaguement) et mes économies avaient déjà pris un solide coup. Contrairement à certains endroits en Asie ou en Amérique du Sud, les Etats-Unis sont relativement cher et le voyage dans son intégralité m'a coûté environ 7.000€ (pour moi seule)
ajoutez à cela la voiture que j'ai acheté, pour laquelle je me suis fait arnaqué et qui a coûté plus que son prix d'achat en réparation (7500€ aussi en tout). 
J'ai traversé un vrai passage à vide où j'ai tout remis en question.
Le moral un peu à plat et sans personne sur place à qui parler, me confier ou me conseiller, j'ai pris ce que je pense ( à ce moment là et encore aujourd'hui) être la bonne décision en prenant un billet d'avion pour Bruxelles. 

Sans abandonner. Sans renoncer. Sans dramatiser non plus. 
Juste repenser les choses au calme. Prendre un peu de recul. Établir un nouveau plan et repartir de plus belle.
J'avais besoin de me distancer. De me recharger 

Je ne crois pas à l'échec, juste à l'apprentissage 
Et j'ai appris beaucoup  :) 

J'ai appris qu'il est difficile de commencer de rien dans un endroit où l'on ne connait rien, ni personne
J'ai appris que tout ce qui t'arrive de négatif quand tu es loin de tout, fait deux fois plus mal
J'ai appris à ne pas faire confiance à Craigslist 
J'ai appris qu'aux Etats-Unis, rien n'est jamais gratuit
J'ai appris à suivre mon instinct et dans le cas présent, que le prix à payer sera élevé si je ne le fais pas
J'ai appris que la raison ne peut jamais l'emporter sur le coeur, ce n'est pas la bonne équation 
J'ai appris que quand tu n'as pas d'historique bancaire, tous les propriétaires te demanderont de régler 1 an de loyer d'un coup
J'ai appris que tu décevras les gens qui vivent à travers toi et qu'ils te le reprocherons 
J'ai appris que ce n'est pas ma responsabilité 
J'ai appris que, même parfois inconsciemment, certaines personnes seront contentes de te voir échouer. Ca les fait se sentir mieux par rapport à leur propre vie. 
J'ai appris que ce n'était pas mon problème 
J'ai appris que les gens trouvent une satisfaction infinie à te dire "Je te l'avais dit hein.." "Je le savais!!" 
J'ai appris à y être indifférente
J'ai appris que les gens qui t'aiment vraiment seront toujours là pour te faire voir les choses avec un recul salvateur 
J'ai appris que j'ai la chance immense d'en avoir quelques uns autours de moi <3 


Au jour d'aujourd'hui, j'ai 2 opportunités géniales qui s'offrent à moi : 

A mon atterrissage à Zaventem, j'ai appris que l'on m'offrait un emploi intéressant à Washington DC 
Pour une société que j'aime beaucoup
Qui promet de l'avancement et de voyages nationaux ponctuels
Un salaire décent sans être dingue  
Un bon pied à l'étrier 


L'offre suivante est arrivée quelques jours plus tard. 
Il s'agit d'un super poste, ici, à Bruxelles pour lequel j'ai été engagé directement au cours de l'entretien
Avec un très bon salaire et de super horaires 
Un emploi vraiment intéressant avec la chance de pouvoir vivre ici, entourée de ma famille et mes amis et repartir souvent aux Etats-Unis dans un premier temps (merci les 25 jours de congé payés annuels) 
Jusqu'au jour où le timing sera bon et où je partirai défi-ni-tive-ment 
(j'en ai toujours vraiment envie! :) 

J'ai choisi le second et je suis vraiment contente et excitée! 

Une chose est sûre, je ne m'attendais pas à être de retour, ici, après être partie depuis moins de 6 mois. 
Mon égo n'est pas hyper fier, même si je sais que j'ai fait tout ce que je pouvais (genre conduire seule pendant 8 heures aller-retour pour me rendre à un entretien d'embauche) 
Les changements brutaux, les hauts et bas émotionnels ont presque eu raison de ma santé mentale. 
Je déteste avoir l'impression de revenir en arrière et je ne cache pas avoir été super frustrée par le cours des choses 
J'ai passé des nuits blanches à me demander quelles conclusions je devais en tirer et ce qu'il serait le mieux de faire
Pourquoi là bas ça bloque dur et ici les choses me tombent dans les bras avec un bel emballage cadeau? 
J'aime à penser que les choses se déroulent comme ça pour une bonne raison, même si j'ignore encore la quelle. 
Ce n'était pas le moment, ce n'était pas l'endroit et je refuse catégoriquement de parler de "rêve brisé" ou d'autres clichés ridicules. 
Je suis déçue que les choses ne se soient pas passées autrement, c'est vrai. 
Mais ma capacité d'adaptation et ma résilience ont été renforcées et je me sens sereine. 
Une expatriation n'est jamais facile. On parle de laisser derrière soi tout ce qui nous est familier pour plonger au beau milieu de l'inconnu. 
Pour ma part, je n'ai pas de complexe à accepter de le faire en plusieurs étapes. 
Je sais que tout cela n'a pas été vain. J'ai ma Green Card, mon numéro de sécurité sociale, mon compte en banque US, mon permis américain et ma voiture (qui roule bien maintenant, ahah!) 

Conclusions : 

Bien sûr, j'ai hâte d'y retourner, en vacances, en city-trip, en road-trip, d'explorer et de découvrir encore et toujours ce continent grandiose 
Et de m'y installer et d'y vivre, paisiblement, un jour (en Californie cette fois!)
Rien n'a changé 
Je ne suis pas découragée (jamais ;) 
Mais les choses doivent et vont se mettre en place naturellement, sans forcer 
Vincent a hâte d'y retourner aussi d'ailleurs 
Qui sait, peut-être que d'ici un an ou deux j'y vivrai entourée de ma famille? 
Et là, ce sera VRAIMENT la fête!!   :) 

Maintenant tu sais tout.. 
Où que tu sois, je t'embrasse fort (surtout si tu as lu jusqu'ici!) et surtout, crois toujours en tes rêves! 






  • Share:

You Might Also Like

2 commentaires

  1. Mais attend, tu vas pouvoir garder ta Green Card ? Tu fais comment pour les 6 mois sur le territoire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après tous les renseignements que j'ai pris, les 6 mois ne sont que le délai obligatoire de validation de ton visa temporaire. Cette partie étant en ordre, ils conseillent de revenir aux US le plus souvent possible et si l'absence est prévue pour une durée d'un an ou plus de faire une demande préalable de re-entry permit.

      Supprimer